• alain Plantaz

     

    Portrait:J' avais 17 ans en 1981, lorsque Pierre Maurois prit la parole à la veille du 2ème tour des présidentielles, il avait un air satisfait qui ne me plaisait pas.  Cette victoire historique qui s’annonçait,  inquiétait fortement ma famille. Toujours 17 ans, quelques mois plus tard, lorsque j'entendis, par hasard, le discours de Robert Badinter à l’assemblée: « La peine de mort, c'est prendre un homme et le couper en deux ! » Je ne serai plus jamais le même.  

    Il y a peu, 44 ans lorsque j'écoutais le discours d'investiture  de Nicolas Sarkozy : « avec  l'exigence de réhabiliter les valeurs du travail, de l'effort, du mérite, du respect »!  

     

    La boucle est bouclée, j'ai eu grandement le temps de mon construire.

    J'ai grandi dans une famille ouvrière, à la campagne. Mes parents m'exclurent de la télé et me lâchèrent dans les champs. J'ai passé le plus clair de mon temps à ramasser des champignons et à bricoler des cabanes.  

    Envoyé dans une école catholique, j'ai eu beaucoup d'admiration pour mon premier et unique curé, Remy Bévillard. Rapidement, la forme, récurrente et excessive m'a interrogé.  J'ai quitté les églises, j'avais 13 ans. J'en ai, cependant, gardé les fondamentaux : l'amour de l'autre et le respect de l’environnement.  

    14 ans quand mon père me donne mon premier vélo -de course- c' était celui de tonton Gérard, rien ne se perdait, peu s’achètait mais, là bas, tout se recyclait. Il était beaucoup trop grand. Toujours, je roule à vélo.

    17 ans, je skiais, je lançais la balle, je courais, je pédalais, je sautais. Le sport remplissait la majeure partie de mes journées au désespoir de mes professeurs.  

    Alors que Sardou occupait les ondes d'Europe1, je découvrais une autre musique, avec mes amis et au cours de soirées ….. structurantes. Ma copine Isa' m'a glissé entre les mains un vinyle  « King arthur »,  puis la voix grave et faussement molle de lou reed. Depuis j'écoute, et écoute encore.

    Avec une scolarité honorable et après mon bac, je montai à Paris faire des étude d'arts plastiques. Je découvris la ville et quelle ville! Ici aussi, tout était beau.

    Je travaillais sans relâche à mon apprentissage,  me nourrissais d'art, de son histoire, fréquentais musées, cinéma, expos, conférences. J'ai croisé des enseignants fabuleux, ni dieux ni maîtres, mais totalement indispensables. Deux ans qui me marquèrent à jamais.

    Je suis rentré à L' Ecole Nationale Supérieur D'art de Cergy Pontoise où l'enseignement me paru trop radical, trop théorique. J'avais besoin d'en découdre. J'ai alors integré un collectif de créateur et travaillé en" free lance" comme illustrateur et graphiste. Pendant 15 ans j'ai pris des trains, parcourant les donneurs d'ordre pour lesquels l'important n'etait pas la qualité de la production, mais les bonnes manières de la vendre . J'ai croisé des directeurs de communications, de marketing, des responsables d'entreprises, avec lesquels j'ai eu un peu de mal à faire « Le Speach ».  

    Papa en 1992, en 1995 à nouveau, puis la vie, capricieuse, m'a poussé dans les bras d'une nouvelle famille recomposée. J'y ai gagné un nouvel enfant.  Puis en 1999,  de nouveau papa. Nous voilà, ma femme et moi, au centre d'une famille de quatre enfants, de quelques chats, d'un chien et de divers bestioles. 

    34 ans, quitte à recomposer, j'ai changé de métier. Je me suis consacré exclusivement à la bouquinerie que j'avais ouvert, par plaisir, quelques années plus tôt. Mon quotidien y fut fabuleux, j'y ai connu des livres et des gens. Certains devinrent et sont toujours mes amis. …" Fabuleux" ne nourrit pas son homme. 

    J'ai décidé  de me mettre à mon compte comme artisan en Peinture et Rénovations . J'ai passé à la hâte un CAP et démarré mes premiers chantiers. Chez moi, depuis des générations et comme une malédiction familiale, les hommes travaillent dans le Bâtiment. J'ai fais mon premier chantier avec mon grand père à 12 ans et plus tard, j'ai pesté contre mon père qui alièna une partie de mes vacances à me faire travailler avec lui. Bon sang ne sachant mentir, de cabanes en réhabilitations, je me suis construit, sans le savoir, comme un bâtisseur.  

    J'ai intègré l' Éducation Nationale comme enseignant en lycée professionnel. Je suis également formateur en Environnement et Développement Durable au GRETA du Havre .  

     

    Adhérent aux « Verts », en 2007, nous y menons une campagne municipale et ma femme est élue au conseil dans une majorité plurielle ainsi que trois autres « Verts ». Je deviens l'année suivante le secrétaire général de notre actuelle section locale  « EE-LV » et me présente aux dernières élections cantonales sur le cantons de Fécamp.

     

     

     

     

     

    http://data0.eklablog.com/alainplantaz/mod_article33271337_4fa15031c629b.jpg http://data0.eklablog.com/alainplantaz/mod_article33271337_4fa15033f1aa0.jpg http://data0.eklablog.com/alainplantaz/mod_article33271337_4fa150c5b5009.jpg http://data0.eklablog.com/alainplantaz/mod_article33271337_4fa150c6615f9.jpg


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Mai 2012 à 05:32

    Voila un bon debut de campagne.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mercredi 16 Mai 2012 à 18:23

    J'aime beaucoup la façon avec laquelle tu te racontes! Bonne campagne Alain :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :