• "Les habilleuses" aux "Fécamp'dicap"

     ... pas cap!Très beau moment samedi où le défilé des "Habilleuses" est venu récompenser les efforts de toutes. Quel plaisir de voir les sourires, les regards émus et satisfaits des mannequins et des spectateurs. Ce jour, le handicap était ostensible et montré pour ce qu'il est: une somme de contraintes,  de joies et de vie ! Une grande communion festive a rassemblé cette semaine les valides et les personnes en situation de Handicap.

    J'ai eu la chance de participer à la mise en forme du visuel de l'affiche de mon copain Pec, j'ai eu la chance de pouvoir photographier la séance de maquillage des mannequins des "habilleuses", j'ai eu la chance de converser autour d'un "after" avec la compagnie  "Danse en scène", j'ai la chance d'avoir ma femme à roulettes, présidente des habilleuses. Toutes et tous m' ont permis de porter un regard attentif et nouveau sur le handicap, parce que rien n'est jamais acquis!

    Merci à Muriel R, merci et bravo à ma femme, merci à toutes celles et ceux qui ont participé à cette journée, j'en garderai une foule de souvenirs et d'images émouvantes.

    alain Plantaz


    1 commentaire
  • Entreprendre autrement, acheter et consommer autrement, construire autrement, bouger autrement, penser autrement :  vivre autrement!

    Autrement ...c'est parce que nous sommes pris dans nos fonctionnements qui sont, souvent, autant d'incohérences sociales, d'impasses économiques et de dangers environnementaux  que nous nous tournons vers des alternatives qui existent déjà, qui fonctionnent et qui sont proches, reliées par des dynamiques citoyennes et associatives et parfois financées par les politiques locales.

     

    (cliquez sur les liens) 

    Consommer autrement: monnaie - achat - alimentation - Penser autrement: populaire et culturel - Entreprendre autrement: de manière participative, solidaire et coopérative  - Bouger autrement: la voiture différemment - Construire autrement: ensemble


    votre commentaire
  • "Ca y est, ce jour tant attendu par les Japonais est enfin arrivé : 5 mai 2012, tous les réacteurs nucléaires sont arrêtés ! Pour la première fois depuis 1970. Beaucoup célèbrent cette nuit au Japon.

     

    Avant le 11 mars 2011, 54 réacteurs étaient en service. 14 mois plus tard, ils sont tous à l’arrêt. Certains parce qu’ils ont subi des avaries sérieuses dues au tremblement de terre, d’autres parce qu’ils arrivent dans une phase normale de maintenance, d’autres enfin parce que la population s’y oppose.


    Le traumatisme de la catastrophe de Fukushima est tellement grand que le peuple japonais fait désormais pression sur les autorités locales pour ne jamais revivre ce cauchemar.

     

    Maintenir la pression est encore nécessaire pour que ce jour ne soit pas qu’un mirage. Car le gouvernement entend bien continuer à produire de l’électricité nucléaire. Il a d’ores et déjà donné son accord pour la reprise d’exploitation de plusieurs réacteurs. Un bras de fer va donc s’engager entre la population et l’industrie atomique.

    Pourtant, le combat antinucléaire a déjà gagné. Cette journée est historique car le Japon vient de démontrer clairement qu’il était possible de se passer de cette énergie destructrice. Le monde entier est maintenant au courant : il n’est pas besoin de revenir à la bougie quand on arrête le nucléaire !

    Les pays qui persistent à vouloir utiliser cette énergie ou qui se lancent aveuglément dans le nucléaire devront-ils attendre d’avoir leur propre catastrophe pour comprendre ?"


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique